Histoire de l'émail

Historique de l 'émail, difficile de donner une date d'apparition puisque l' Histoire de l'homme et de ces conquêtes sont émaillées de destruction, de pillages et de récupérations des métaux, or et argent, par cupidité. Avant l'an mil ces œuvres d'art dit mineur étaient exécutées sur plaque d'or ou d'argent. La fragilité du matériau est un autre facteur d'imprécision historique. Il est donc difficile de se faire une idée du moment où la technique de l'émaillage supplante celle de l'orfèvrerie cloisonnée qui lui à montré la voie. Pour les émaux sur métaux il semble que l'on soit dans une pèriode comprise entre le V° et le X° siècle de notre ère et que pour les émaux sur briques nous pouvons nous risquer à remonter jusqu'à l'ère de la Mésopotamie. D'autres pensent que les émaux sur métaux peuvent dater de l'époque des Pharaons . Sur le plan des techniques employées, elles sont un autre moyen d'aborder l'historique. Les techniques de joaillerie peuvent se définir par le sertissage de pierres dures et de gemmes sur un métal précieux vers le III° millénaire avant notre ère. Les Celtes au III° siècle avant J.C. coulent l'émail dans des cavités moulées en creux sur un support en bronze, amorce de la technique du champlevé, puis vient la période du remplacement des pierres naturelles par des morceaux de pâtes de verre colorées, le début des émaux ver le VI èmes siècle de notre ère à Bysance, en Orient, en Occident et en Chine. Ensuite les techniques du cloisonnés apparaissent vers le XI° siècle. Deux écoles dominent le XIII° siècle du Champlevé, celle du Rhin et de la Meuse et celle de Limoges en France, actuelle Capitale Mondial de l'émail sur cuivre et argent et de la porcelaine. La Basse taille et le repoussée dominant aux XV° et XVI° siècles se retrouve surtout dans la péninsule Italienne. L'Extrème Orient (Chine-Japon) durant ces périodes développe et perfectionne le cloisonné. Les émaux peints apparaissent en France à Limoges et en Italie aux XVI° siècles puis l'émaillerie de bijouterie apparait vers le XVIII° siècle. Au XX° les émaux existent toujours et connaissent un engouement; l'après guerre annonce la rareté ou la chereté des métaux précieux qui permettent l'émergence du bijou sur cuivre. A Paris les ateliers de grands joailliers et orfèvres ( Boucheron,Cartier,Goulden,Lalique...) jonglent avec les techniques, multipliant objets décoratifs et bijoux. Le début du XXI° marque une nouvelle ère de l'émail grâce à la transformation chimique de certains éléments qui la composent d'ordinaire pour répondre aux Législations et par l'évolution vers les arts plastiques qui la sortent du caractère religieux du sacré et du merveilleux pour aller vers d'autres horizons grâce entre autres à des artistes comme Costas Antonakis, Alain Duban, Sarah letts, Sara Wilson, Akiko Miura, Arvid Norendal, Vladimir Naumov, Leon Jouhaud, Jean Bernard butin, Léon Sazerat, Jeanne Soubourou, Georges Magadoux et jean marie Euzet (adepte du musicalisme).

Liste des pages dans Histoire de l'émail :